Se mettre à son compte – Acheter une entreprise, l'alternative à la création d'entreprise

Des idées pour se mettre à son compte, il y en a beaucoup. Mais le réel défi de l'entrepreneuriat consiste toutefois à connaître une réussite durable avec un concept d'entreprise. Il peut donc s'avérer utile de pouvoir avoir accès à une activité déjà existante et de reprendre une entité qui a déjà mis en œuvre une idée commerciale avec succès.

Franchir le pas et se mettre à son compte

Devenir indépendant: beaucoup en rêvent et peu d'entrepreneurs se plaignent de leur statut. Au contraire, les employés de grandes entreprises sont plus souvent insatisfaits. Il est donc tout à fait judicieux d'envisager l'option de créer sa propre entreprise. Quelles sont les conditions requises pour devenir indépendant?

Une réponse honnête aux questions suivantes constituera une base saine et solide pour prendre votre décision:

  • Pourquoi ai-je envie de me mettre à mon compte?
  • Quels sont les objectifs que je souhaite atteindre en me mettant à mon compte?
  • Ai-je toutes les compétences nécessaires pour monter mon entreprise et l'établir sur le marché?
  • Mon parcours professionnel suffit-il pour gagner la confiance de clients potentiels?
  • Ai-je la personnalité d'un entrepreneur gagnant?
  • Suis-je prêt à maintenir le cap sur mes objectifs même en cas de difficultés?
  • Suis-je capable de gérer les ressources de manière raisonnable?
  • Sais-je conserver une vue d'ensemble même en cas de turbulences?
  • Suis-je capable de me motiver et de gérer les échecs de manière sereine?
  • A combien s'élève ma capacité financière?
  • Que pensent mes proches (partenaire, famille, amis) de mes plans?

Apporter des réponses claires à ces questions décisives est la meilleure manière de se préparer à l'achat d'une entreprise et à l'entrée dans le monde des indépendants.

Télécharger le «Guide pour acheteurs»

Acheter une entreprise au lieu de la créer

Les statistiques suivantes montrent que l'achat d'une entreprise peut constituer une option avantageuse par rapport à la création d'entreprise et minimiser les risques:

Créations d'entreprises
En 2016, environ 41'336 nouvelles entreprises ont été inscrites au registre du commerce en Suisse. Parmi elles, 11'878 sont installées en Romandie.
Taux de survie des jeunes entreprises
Le taux de survie moyen des entreprises nouvellement créées en Suisse est d'environ 80% au bout d'un an après la création et d'un peu moins de 50% au bout de cinq ans. C'est ce qui ressort du recensement fédéral des entreprises de l'Office fédéral de la statistique (OFS) de 2008.
Faillites
En 2016, 4'540 entreprises étaient en état d'insolvabilité en Suisse. Ceci correspond à une hausse de 3% par rapport à l'année précédente.
Taille des entreprises
En Suisse, 99% des entreprises sont des PME qui comptent moins de 250 collaborateurs. Elles représentent 2/3 des emplois en Suisse. L'Office fédéral de la statistique (OFS) présente les chiffres suivants pour l'année 2014:
  • Microentreprises (de 1 à 9 collaborateurs): 518'795 entreprises.
  • Petites entreprises (de 10 à 49 collaborateurs): 48'858 entreprises.
  • Moyennes entreprises (de 50 à 249 collaborateurs): 8'906 entreprises.
  • Grandes entreprises (+ de 250 collaborateurs): 1'281 entreprises.
Formes juridiques des entreprises
Avec quelque 332'000 sociétés, l'entreprise individuelle est la forme juridique la plus fréquemment choisie en Suisse.

Nous nous trouvons dans un environnement dans lequel les chances de survie des jeunes entreprises sont de toute évidence surestimées. Cette statistique quelque peu effrayante repose sur trois facteurs que les créateurs d'entreprise omettent souvent: mauvais lieu d'implantation et/ou mauvais produit, couverture de fonds propres trop faible et trop grande implication personnelle. Une préparation et une planification sérieuses sont donc primordiales.

En cas d'achat d'une entreprise et contrairement à la création d'une société, les chances de succès sont bien plus élevées: l'acheteur d'une entreprise existante peut partir du principe que le propriétaire de l'entreprise a choisi le bon site d'implantation et a sélectionné les bons produits dans sa gamme, sinon l'entreprise n'existerait plus depuis longtemps déjà.

Alors que pour une création, la mobilisation de moyens financiers est souvent sous-estimée, cela est plus rarement le cas lors d'un achat. Le besoin de liquidités est beaucoup plus facile à estimer. De plus, l'acheteur réalise de premières ventes dès le jour de l'acquisition de l'entreprise et peut se baser sur les expériences faites dans le passé.

Le risque demeure pour l'entrepreneur, même dans le cas d'un rachat d'entreprise. Néanmoins, l'achat d'une entreprise existante constitue une alternative prometteuse par rapport à la création.

Demandez notre dossier d'information sans engagement